Vaccin contre la COVID-19

La vaccination contre le SARS-CoV-2 aide le corps à développer des défenses immunitaires contre le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) à l’origine de la COVID-19 sans avoir à acquérir une immunité naturelle en contractant la maladie, puis en guérissant.

Même après la vaccination, la réponse immunitaire nécessitera un peu de temps pour se développer. Il est essentiel de continuer à suivre les mesures de prévention, telles que le lavage des mains, le port du masque et la distanciation physique, pour 2 raisons :

  • Le développement des défenses immunitaires nécessite du temps et peut éventuellement ne pas s’avérer efficace à 100 %.
  • À ce stade, nous ne savons pas si la vaccination permettra d’empêcher le portage du virus, les personnes vaccinées peuvent donc éventuellement toujours transmettre la maladie.

FAQ concernant la vaccination

Pourquoi est-il important de se faire vacciner ?

Une vaccination contre le SARS-CoV-2 peut réduire significativement votre risque de contracter le virus et de développer la COVID-19. Si vous contractez la COVID-19, la vaccination peut réduire le risque de complications graves. En ce qui concerne la vaccination contre la COVID-19, différents types de vaccins sont et seront disponibles.

La plupart des vaccins contre le SARS-CoV-2, qui sont (ou seront) disponibles, nécessiteront deux injections pour être efficaces. Les deux injections devront être administrées dans un délai précis (p. ex., 21 jours après la première injection).

Est-ce que les vaccins contre la COVID-19 fourniront une protection à long terme ?

Actuellement, nous ne disposons pas de suffisamment de données concernant la durée de l’immunité. Les experts doivent rassembler plus de données au fil du temps concernant la protection fournie par la vaccination pour estimer la durée de l’immunité.

Que dois-je dire au personnel médical avant de me faire vacciner ?

Vous devez informer le personnel médical avant de vous faire vacciner si vous avez souffert d’une réaction allergique grave. Conformément à des décisions médicales, certains vaccins ne peuvent être administrés en cas d’antécédents de réactions allergiques graves chez le patient.

Si vous êtes actuellement malade et souffrez de fièvre (température corporelle >38,5 °C), il est préférable de reporter votre vaccination jusqu’à ce que vous soyez rétabli. Si vous présentez des symptômes, vous devez en informer le personnel sur le lieu de vaccination. Une décision médicale déterminera si votre vaccination peut être réalisée ou reportée.

Quels effets secondaires et symptômes typiques peuvent se manifester après la vaccination ?

En général, une stimulation du système immunitaire commence à avoir lieu après la vaccination ce qui peut déclencher des symptômes typiques tels qu’une douleur dans le bras, de la fatigue, des maux de tête, une légère fièvre. La plupart des effets secondaires d’une vaccination standard sont bénins et ne devraient pas durer plus d’une semaine. Les effets secondaires potentiels provoqués par la vaccination contre le SARS-CoV-2 seront indiqués dans les instructions d’utilisation du vaccin concerné. Votre médecin habituel vous informera également de ces effets et en discutera avec vous.

Dans les rares cas de réactions allergiques, la réaction survient généralement quelques minutes après la vaccination. Le personnel médical est formé pour agir face à des réactions allergiques et pour les traiter immédiatement.

Après la vaccination, vous pouvez éventuellement présenter ces symptômes indiquant que votre corps répond à la vaccination. En règle générale, les symptômes ne durent pas plus de 3 jours :

  • douleur ou gonflement sur la zone de l’injection
  • fatigue
  • maux de tête, sensation de froid ou fièvre
  • douleurs articulaires
  • nausée

Est-il encore nécessaire de suivre les mesures de prévention après la vaccination ?

Actuellement, nous ne disposons pas d’assez de données concernant la durée de l’immunité. Les experts doivent rassembler plus de données au fil du temps concernant la protection fournie par la vaccination pour estimer la durée de l’immunité. C’est pourquoi il reste essentiel de suivre les mesures de prévention en portant un masque, en se lavant les mains régulièrement et en maintenant la distanciation sociale. Compte tenu des données recueillies avec le temps, les experts seront à l’avenir en mesure de recommander les intervalles de vaccination appropriés.

Cela s’applique également pour les personnes qui ont déjà contracté la COVID-19 et en ont guéri. Actuellement, nous disposons de peu de données concernant la durée de l’immunité naturelle. Il est donc également recommandé aux personnes ayant guéri de la COVID-19 de se faire vacciner.

En combien de temps les vaccins contre la COVID-19 peuvent-ils stopper la pandémie ?

L’évolution de la pandémie de COVID-19 dépend de questions d’efficacité, de disponibilité et de volonté des personnes à se faire vacciner. Les vaccins ne fourniront probablement pas une protection efficace à 100 % contre la COVID-19.

Cependant, la réduction significative du risque de contracter la COVID-19, ainsi que la réduction du risque de transmission de l’infection à d’autres personnes sont les manières les plus efficaces de stopper progressivement la pandémie.

Comment les vaccins stimulent-ils la réponse immunitaire du corps humain ?

Lorsque les germes ou les virus, tels que le virus Sars-CoV-2 à l’origine de la COVID-19, s’introduisent dans le corps humain, ils commencent à attaquer les cellules et à se multiplier. Vous connaissez peut-être le terme antigène, le nom désignant tous les germes, virus ou autres micro-organismes nuisibles s’introduisant dans le corps humain. Cette introduction s’appelle une infection.

Dans le système immunitaire humain, les globules blancs défendent l’organisme contre les infections en éliminant les germes, les virus et les cellules humaines infectées. Au cours du processus d’élimination, le système immunitaire crée des anticorps. Chaque type d’anticorps est unique et défend le corps contre un type particulier d’antigène.

Les vaccins aident le corps à développer des défenses immunitaires sans que nous ayons à contracter la maladie grâce à la simulation d’une infection. La réaction immunitaire causée par la vaccination engendre des cellules « mémoires » qui se souviendront à l’avenir de la façon de produire les anticorps nécessaires et de se défendre contre ce virus.

Le développement de ces cellules « mémoires » nécessite quelques semaines après la vaccination.

Quels types de vaccins contre la COVID-19 sont en cours d’élaboration/disponibles ?

Actuellement, il existe trois principaux types de vaccins contre la COVID-19 disponibles ou en cours d’élaboration :

  • vaccin à ARNm
  • vaccin à vecteur viral
  • vaccins à sous-unité protéique

Qu’est-ce qu’un vaccin à ARNm ?

Chaque virus dispose d’une coque protéique unique. Une des protéines de surface du virus représente la cible de la réaction immunitaire engendrée par le vaccin.

Ces vaccins donnent à votre corps les instructions nécessaires pour produire ces protéines inoffensives. Dans le cadre d’une réaction du système immunitaire, le corps reconnaît que la protéine ne devrait pas se trouver là et se souviendra à l’avenir de la façon de détecter et de combattre le virus.

Ces vaccins ne contiennent pas de virus actifs et ne peuvent donc pas vous faire contracter la COVID-19.

Qu’est-ce qu’un vaccin à vecteur viral ?

Ces vaccins se servent d’un virus modifié pour infecter les cellules et fournissent un code génétique permettant de produire les protéines de spicule du virus SARS-CoV-2. Une fois que le vecteur viral se trouve à l’intérieur de nos cellules, son matériel génétique donne aux cellules les instructions nécessaires pour produire une protéine unique au virus. Les cellules commenceront à produire des copies de cette protéine. Dans le cadre d’une réaction du système immunitaire, le corps reconnaît que la protéine ne devrait pas se trouver là et se souviendra à l’avenir de la façon de détecter et de combattre le virus.

Qu’est-ce qu’un vaccin à sous-unité protéique ?

Ces vaccins contiennent une partie inoffensive du virus : les protéines. Dans le cadre d’une réaction du système immunitaire, le corps reconnaît que la protéine ne devrait pas se trouver là et se souviendra à l’avenir de la façon de détecter et de combattre le virus.